Lien vers l'ENS
Lien vers PSL
Accueil
Accueil du site

De Francesca à Béatrice
À travers la Divine Comédie

De Francesca à Béatrice
Agrandir
Victoria OCAMPO

19 mars 2021
Format : 14 x 18 cm |   Nb pages : 200
ISBN-978-2-7288-0726-0
17.00 €
Prochainement

Collection« Versions françaises »

- - - - - - - - - -

Résumé

« Lorsqu’on s’approche de Dante, on se trouve, soudain, face à une garde nombreuse et terrible : les commentateurs. Hérissés d’érudition, ils se tiennent en d’agressives attitudes au seuil de chaque chant de la Divine Comédie et leurs interprétations, brandies telles des fourches, font reculer le lecteur timide “là où le soleil se tait”. » Victoria Ocampo ouvre ainsi son essai sur Dante, qu’elle choisit de placer sous le signe du vers célèbre : Amor mi mosse, che mi fa parlare (Enfer, II, 72). Très tôt, le texte de la Comoedia est devenu pour l’écrivaine argentine le lieu d’une méditation personnelle, dans la veine de celles de T. S. Eliot ou d’O. Mandelstam, à peu près contemporaines. Mais là où Eliot formule, à travers Dante, sa conception personnelle de la poésie, là où Mandelstam se penche avec le poète florentin sur la douleur de l’exil, elle revient, avec Francesca da Rimini, avec Beatrice Portinari, au miracle de « l’amour incorruptible, impérissable, qui émeut encore le monde ».

Écrit directement en français il y a exactement un siècle, en 1921, à l’occasion du sixième centenaire de la mort de Dante, ce livre est le premier essai original de Victoria Ocampo, que la présente édition restitue aux lecteurs.

De Victoria Ocampo sont actuellement disponibles, en français, outre ses Correspondances avec R. Caillois (Stock, 1997), E. Ansermet (Buchet-Chastel, 2005) et P. Drieu La Rochelle (Lettres d’un amour défunt, Bartillat, 2009), quelques-uns de ses essais : Drieu et Le Rameau de Salzbourg (Bartillat, 2007 et 2008), En témoignage (Éd. des Femmes-A. Fouque, 2012), et son Dialogue avec J. L. Borges (Bartillat, 2014).

Préface de Victoria Liendo

- - - - - - - - - -

L'auteure

L’auteure

Figure majeure de l’histoire intellectuelle argentine du xxe siècle, Victoria Ocampo (1890-1979) eut une activité intense d’éditrice, de créatrice de revue littéraire (Sur), de traductrice et d’essayiste, dont elle recueillit la trace dans ses Témoignages et dans son Autobiographie. Amie, côté anglophone, de G. Greene ou V. Woolf, et, côté francophone, de Valéry, Drieu La Rochelle, Camus, elle les fit tous connaître en Amérique latine, tout en promouvant en Europe des auteurs latino-américains tels que Borges. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle accueillit à Buenos Aires de nombreux Français exilés, dont R. Caillois, qui fonda à son retour en France la collection « La Croix du Sud » chez Gallimard, essentielle pour la diffusion de la littérature latino-américaine.

L’éditeur scientifique

Agrégé d’espagnol, Roland Béhar est maître de conférences à l’ENS-PSL, spécialiste de littératures romanes de la Renaissance et de littérature latino-américaine des xixe et xxe siècles.

 

 
45 rue d'Ulm  |  75005 Paris  |  tél. 01 44 32 36 80 ou 83  |  ulm-editions@ens.psl.eu