Lien vers l'ENS
Lien vers PSL
Accueil
Accueil du site

Les Sciences participatives au secours de la biodiversité
Une approche sociologique

Les Sciences participatives au secours de la biodiversité Les Sciences participatives au secours de la biodiversité
Agrandir
Florian CHARVOLIN

2019
Format : 14 x 18 |   Nb pages : 78
Collection « Sciences durables »

- - - - - - - - - -

Résumé

La nature observée par les sciences participatives est avant tout une nature ordinaire, celle des hirondelles et des moineaux, celle des patelles et des euphorbes réveil matin, et c’est certainement par les sciences participatives que l’on peut suivre, par exemple, la décroissance de la population des hirondelles des fenêtres.

Alors que la confiance de l’opinion dans les sciences s’érode, les sciences participatives pour la biodiversité bénéficient au contraire d’une popularité accrue, notamment en France. Ces pratiques d’observation et de signalement d’éléments naturels à des référents scientifiques sont réalisées, en se conformant à un protocole plus ou moins strict, par des personnes qui n’en font pas une activité professionnelle (environ 53 000 en France en 2017).

Quelles sont les vertus de ces pratiques citoyennes qui font collaborer sciences et société ? Qui sont les contributeurs ? Comment l’évolution des nouvelles technologies de l’information modifie-t-elle la façon d’être amateur de nature ? En quoi le loisir peut-il servir la connaissance, en associant robustesse des données et engouement du promeneur ?

La sociologie s’interroge sur la réussite des sciences participatives malgré les dissymétries persistantes dans les modes de recrutement de leurs contributeurs. L’auteur présente ici une série de thèses personnelles concernant les acteurs, les dispositifs et les techniques en œuvre, afin d’orienter le lecteur dans le foisonnement des initiatives actuelles.



- - - - - - - - - -

On en parle

Lectures [En ligne] - 26 mai 2020

- - - - - - - - - -

L'auteur

Sociologue de l’environnement dans ses dimensions sociohistoriques et contemporaines, Florian CHARVOLIN est directeur de recherche au CNRS (Centre Max-Weber, Lyon). Il travaille actuellement sur l’observation et la mesure de l’environnement (biodiversité et pollution de l’air) et la question des implications politiques de la participation citoyenne à la production de connaissances.

- - - - - - - - - -

Le préfacier

Romain JULLIARD est professeur au Muséum national d’histoire naturelle et directeur du Centre d’écologie et des sciences de la conservation (CESCO).

- - - - - - - - - -

Sommaire

Préface

Introduction

1. Un problème ancien réinventé par les milieux scientifiques

L’archéologie des sciences participatives

L’histoire officielle récente

2. Suivre le protocole en sortie nature : de l’injonction à la pratique

Connaissances et savoirs

L’importance du protocole en sortie nature

La didactique du protocole

Lire, écrire et observer en plein air

Rencontre entre connaissance et passion

3. Les acteurs et leurs dynamiques : au-delà de l’éveil à la connaissance

L’absence de connaissance sociodémographique des contributeurs

Les premières études françaises sur la composition des contributeurs

Esquisse de quelques raisons de l’attrait pour les sciences citoyennes

4. De l’apprentissage à la contribution : quelle participation ?

Recevoir une part : l’éducation informelle au prisme des conséquences de la participation

Contribuer : Science 2.0 ou science au rabais ?

Bénéficier : au-delà du dénigrement des petites mains de la science

5. Le numérique et les big data : de la promesse à la réalité

L’infrastructure de connaissances

L’arrivée du numérique

Promesse du numérique et savoirs d’usage

Conclusion

Glossaire

Bibliographie

 

 

 


logo ifris
 
45 rue d'Ulm  |  75005 Paris  |  tél. 01 44 32 36 80 ou 83  |  ulm-editions@ens.psl.eu