Lien vers l'ENS
Lien vers PSL
Accueil
Accueil du site

Oligarchie et caciquisme
comme forme actuelle de gouvernement en Espagne

Oligarchie et caciquisme Oligarchie et caciquisme
Agrandir
Joaquin COSTA
2009
Format : 16 x 24 cm |   Nb pages : 256
Résumé

Œuvre maîtresse de la culture politique espagnole, mais largement méconnue, Oligarchie et caciquisme ne saurait se réduire au « chirurgien de fer » invoqué par Costa pour guérir les plaies de l’Espagne, et dont Miguel Primo de Rivera s’est voulu l’incarnation, ni aux formules (« pain et école », européanisation) dont se sont réclamés les pères fondateurs de la Première République. Véritable réquisitoire contre la monarchie de la Restauration (1874-1923), les deux conférences prononcées à l’Ateneo de Madrid en 1901 dévoilent avec une lucidité emportée les tares du régime parlementaire de l’époque : oligarchie, corruption électorale, clientélisme. Mais elles constituent aussi l’acte final d’une tentative visant à confier le pouvoir à ceux qui maîtrisent le savoir – ceux que l’on commence alors à appeler les « intellectuels ».

- - - - - - - - - -

Les auteurs

Joaquín COSTA (1846-1911), principal représentant du mouvement « régénérationniste » qui, dans l’Espagne du second XIXe sècle, prétend analyse scientifiquement la décadence nationale, est aussi une figure tutélaire de la génération de 1898 (Gavinet, Unamuno, Ortega y Gasset). « Costa, politique et érudit, donne le ton à toute l’époque », écrit Azorín.

Simon SARLIN, agrégé d’histoire, ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, est membre de l’École française de Rome.

- - - - - - - - - -

Sommaire

L’enquête de 1901 sur « oligarchie et caciquisme » : une mise en scène de la crise du libéralisme dans l’Espagne au tournant du XXe siècle
L’enquête de 1901 dans le projet politique de Joaquín Costa
Le régime de la Restauration sur la sellette
La régénération selon Costa : autour du « chirurgien de fer »
Écho et infortunes du mémoire
La projection historique d’Oligarchie et caciquisme

Préambule

MÉMOIRE DE LA SECTION (lu lors des sessions des 23 et 30 mars 1901)

1. Définition de cette forme de gouvernement ; les éléments qui la composent ; état social dans lequel elle voit le jour et ce qui en est la conséquence ; urgente nécessité d’en changer
L’Espagne n’est pas une nation libre et souveraine
La révolution de 1868 n’a pas rendu l’Espagne libre et souveraine
Il n’y a ni Parlement ni partis, il n’y a que des oligarchies : avantages de ce point de vue
Les éléments constitutifs de notre régime oligarchique : ils ne forment pas une classe dirigeante
Le cacique
Le notable ou oligarque
Le gouvernement par les pires : exclusion de l’« élite » ou aristocratie naturelle
Le gouverneur civil comme partie intégrante du système
Rapports des oligarques entre eux : de pseudo-Cortes
La prérogative royale ne fonctionne pas ; et il manque un pouvoir pour réprimer ou au moins modérer l’oligarchie
État social de barbarie, corollaire de cette forme barbare de gouvernement
Passivité du peuple : contraste avec le XVe siècle. La révolution reste à faire
Nouvel aspect du problème : esprit sécessionniste
Conclusion : néo-libéralisme

2. Remèdes organiques. Complément coercitif. Régime présidentiel. Résumé de programme
La clef du remède ne réside pas dans les réformes mécaniques d’une quelconque loi
Remèdes organiques et action chirurgicale comme auxiliaire et complément de ces remèdes
Politique aux effets provisoires, mais immédiats
Action personnelle : politique chirurgicale
Le régime parlementaire est incompatible avec cette politique nécessaire
Le régime pseudo-parlementaire a fonctionné comme un obstacle et activement contribué au Désastre
Les élections ne donnent pas la solution
Il faut changer la nature des Cortes et les séparer du ministère
Programme de politique nationale
Notes du traducteur

RÉSUMÉ DE L’ENQUÊTE, PAR JOAQUÍN COSTA, PRÉSIDENT DE LA SECTION

La constitution de l’État espagnol est effectivement l’oligarchie. Elle l’était déjà avant le XIXe siècle
Définition et raison d’être du caciquisme : en quoi il est différent du patriciat naturel ou des autorités sociales ; le caciquisme n’est pas tutelle, il n’y a pas de bons caciques
Éléments nouveaux apportés par l’Enquête à la connaissance de la nature du caciquisme et de ses procédés
Éléments nouveaux apportés par l’Enquête pour compléter la constitution du régime oligarchique. La prétendue administration de la justice n’est pas le pouvoir d’un État constitutionnel, mais le gendarme d’un État oligarchique
Le gouverneur du régime oligarchique ne peut laisser la place au gouverneur du régime parlementaire sans que l’oligarchie soit abolie
Remèdes de nature adynamique proposés et discutés au cours de l’Enquête
Les remèdes organiques du mémoire, approuvés par l’Enquête
Il est nécessaire que ces remèdes soient appliqués pour qu’ils fassent leur effet. Des hommes, pas des lois. Justification de la politique chirurgicale
La politique chirurgicale n’a rien de commun avec la dictature et elle est compatible avec le régime parlementaire
La nécessité de cette politique chirurgicale comme médication symptomatique est éprouvée par tous. Rénovation du personnel dirigeant
Le trône, vacant de fait depuis plus d’un siècle, et l’Espagne sans pouvoir modérateur. Nécessité de renvoyer la dynastie, désormais tarie
Les Cortes espagnoles ne sont pas un membre de la nation, mais l’outil de l’oligarchie. Il ne servirait à rien de réformer leur base, en écartant d’elles le gouvernement
La nation est une mineure qui ne peut se gouverner elle-même
Idéalisation de la candidature officielle et son rapport avec la tutelle sociale proposée dans le mémoire. Dissolution des Cortes dans le cas où elles seraient un obstacle
Autre arrangement : autorisation données par les Cortes au gouvernement de légiférer par décrets
L’Espagne n’est toujours pas sortie du XVe siècle, et elle ne peut rivaliser, ni même cohabiter, avec les nations du XXe siècle
L’européanisation immédiate est inévitable. Tendance de la société : mouvement de dénationalisation. L’Europe ne tolère plus de retardataire sur la planète. Sur la voie du conflit
Européaniser, mais sans désespagnoliser
L’auto-européanisation exige des hommes supérieurs au gouvernement : urgente nécessité de rénover le personnel dirigeant et les organes de publicité
Les classes intellectuelles ont déserté leur poste. Nécessité d’une « élite ». La deuxième époque de la Croisade
Pas de ligue, mais un parti. Du gouvernement aux élections, et non des élections au gouvernement. Programme pour un parti national
Le programme de résurrection politique du prophète Ézéchiel
Notes du traducteur

Dictionnaire biographique
Repères bio-chronologiques
Liste des principaux journaux
Bibliographie
 
45 rue d'Ulm  |  75005 Paris  |  tél. 01 44 32 36 80 ou 83  |  ulm-editions@ens.fr