Lien vers l'ENS
Lien vers PSL
Accueil
Accueil du site

Comment préserver les ressources naturelles ?
Le mythe de la gestion participative

Comment préserver les ressources naturelles ? Comment préserver les ressources naturelles ?
Agrandir
Jérôme BALLET et alii
2011
Format : 14 x 18 cm |   Nb pages : 62

Collection « Sciences durables »

- - - - - - - - - -

Résumé

La gestion participative des ressources naturelles a été imposée aux pays en développement par les bailleurs de fonds internationaux dans les années 1990. Cette nouvelle modalité de gestion des ressources se construit en théorie avec l’appui des populations locales pour leur propre bénéfice. Dans la réalité, elle tend plutôt à s’imposer à elles. Elle les détourne de l’accès à des ressources sanctuarisées. Elle favorise globalement la captation de rente par l’État et certaines ONG de conservation.
Les projets de gestion participative des ressources naturelles se révèlent alors souvent inadaptés pour les populations. Ils renforcent les inégalités sociales au niveau local et ne parviennent pas à réduire de manière substantielle la dégradation des ressources naturelles. Un tel constat plaide donc pour une reconfiguration de cette gestion sur la base d’une véritable démocratie participative et pour le développement de processus longs permettant un véritable apprentissage collectif.

Préface de Bernard HUBERT

- - - - - - - - - -

Les auteurs et le préfacier

Jérôme BALLET est enseignant-chercheur à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Membre du Fonds pour la recherche en éthique économique (FREE), il a aussi travaillé comme consultant pour le Programme des Nation-Unies pour l’environnement. Il est actuellement en délégation à l’Institut de recherche pour le développement (UMI Résiliences) et affecté au Centre d’économie et d’éthique pour l’environnement et le développement à Madagascar, où il participe à un programme de recherche sur la gestion des ressources naturelles.

J.-M. Kouamékan KOFFI est enseignant-chercheur à l’université de Bouaké (Côte d’Ivoire). Titulaire d’un doctorat en sciences économiques, il a consacré sa thèse à l’aménagement forestier en Côte d’Ivoire. Il a participé à plusieurs évaluations de projets de gestion des ressources naturelles dans ce pays et a travaillé comme consultant sur ce sujet pour des organisations internationales et des ONG.

Kouadio B. KOMÉNA est enseignant-chercheur à l’université de Bouaké (Côte d’Ivoire). Titulaire d’un doctorat en sciences économiques, il poursuit actuellement ses recherches sur la participation des populations à la gestion forestière en Côte d’Ivoire. Il a été consultant pour des organisations internationales sur ce thème ou des thèmes voisins.

T. Mahéfasoa RANDRIANALIJAONA est enseignant-chercheur à l’université d’Antananarivo (Madagascar), au Centre d’économie et d’étique pour l’environnement et le développement. Il a participé à de nombreuses évaluations de projets de gestion participative dans ce pays. Titulaire d’un doctorat en sciences économiques, il a également travaillé pour des organisations internationales et en lien avec des ONG sur la gestion des ressources naturelles.

Bernard HUBERT est écologue, ancien directeur scientifique à l’INRA et président d’Agropolis International.

- - - - - - - - - -

Sommaire

Préface, par Bernard HUBERT
Introduction

Le credo imposé de la gestion participative
Un renouveau scientifique
Une mise en œuvre forcée
Une logique de décentralisation

L’illusion de la gestion participative
Une logique de conservation qui n’a pas évolué
Les populations sont des moyens et non des fins
Une logique de captation de rente

Un déficit de démocratie
Une conception fonctionnelle et étroite des communautés locales
Une implication des populations locales globalement faible

Des projets inappropriés
Des projets en décalage avec les pratiques des populations locales
Des projets qui renforcent les inégalités sociales
Des projets qui participent à la destruction des ressources naturelles

Quelles perspectives ? Sortir du néocolonialisme écologique
Penser la conservation comme un outil de développement
Faciliter la création d’une culture commune

Bibliographie

 
45 rue d'Ulm  |  75005 Paris  |  tél. 01 44 32 36 80 ou 83  |  ulm-editions@ens.fr