Lien vers l'ENS
Lien vers PSL
Accueil
Accueil du site

Moby Dick
Allures du corps

Moby Dick Moby Dick
Agrandir
Agnès DERAIL-IMBERT
2000
Format : 14,5 x 21 cm |   Nb pages : 328

Collection « Offshore»

- - - - - - - - - -

Résumé

Le Moby Dick de Melville est plus qu’un livre. Pour l’Amérique, c’est « le » livre. Ce récit, tout en digressions, d’une longue traque à travers les océans du globe est hanté par la perspective d’un corps à corps final avec la baleine blanche.
Le corps du monstre fabuleux y est plus que pourchassé. Il y est exhibé, et décliné dans de diverses versions – anatomique, christique (« car ceci est mon corps »), obstétrique, érotique, politique.
Par-delà l’aventure maritime se profile la blason d’un corps. La tête et la queue. Le parchemin de la peau et ses pigments. Le monumental squelette. Les entrailles et leurs borborygmes. Le sang, rouge ou noir. Sans oublier les humeurs et les liqueurs, donc ce fameux « sperme », l’huile dont on oint les rois.
Ce roman encyclopédique veut « faire » corps, le décrire, l’englober. Et sa lecture aussi est un acte clinique. Disséquer, extraire, greffer. Fouiller dans les replis les plus intimes d’un « corpus » d’inscriptions desquamé.
Et pourtant, le grandiose finale, vers lequel ce livre semblait s’orchestrer, s’esquive à peine esquissé. Au lieu de la capture vient le naufrage. Une écriture, une voix s’élève parmi les débris. Le livre s’est écrit à corps perdu.
Lire, alors, signifie repérer les empreintes qu’a laissées au passage le corps dans sa fuite. Des traces, des sillages, des bifurcations – des « allures ». Qu’on écoute, à la lisière du silence, ce « déchant » : on y touche à la littérature américaine dans ce qu’elle a de plus profond, de plus secret.

- - - - - - - - - -

L’auteur

Agnès DERAIL-IMBERT est maître de conférences à l’université de Paris IV et à l’École normale supérieure.

- - - - - - - - - -

Sommaire

Éditions utilisées

Introduction

Corps de sens

Corps et décors : la maison mal close ; corps étrangers ; corps perdus ; trou noir
Effets de peau : le nu perdu ; la peau d’une peau
Les conversions du sang : purge des humeurs ; hémophilie ; contamination
Le reste et la semence : le membre fantôme ; fétiches et reliques ; refonte ; tête à queue
Corps souverains : le léviathan ou le corps politique ; reines infidèles ; Rahab ; hysterica passio ; tératogenèse ; sweet mother
Appareillages : prothèses ; instruments ; automates ; le culte de l’énergie ; consumation ; corpus ex machina

La fable du ventre : la traversée du silence ; ventriloquie

Corps autre


L’imprésentable : whale/wall/veil ; l’œil du maître ; le pacte de l’œil ; l’œil, la queue et la dent ; la larme et la glu ; partage de l’ombre ; la leçon des ténèbres ; la prunelle calcinée ; parler dans le noir
Allures : « Very like a whale » ; l’œil entre les « jambes » de la cheminée ; les yeux du modèle ; nettoyer l’image ; masse blanche ; monstrueuses images ; sauvages images ; mesures : privilège du discours ; sublimes allures
Corpus
: index des auteurs ; ponctions classificatoires ; la baleine régulière ; l’irrégulière ; philologie trompeuse ; volume des corps ; corps en partance ; affranchissement ; langue léviathanique

Post-script
Bibliographie

 

 
45 rue d'Ulm  |  75005 Paris  |  tél. 01 44 32 36 80 ou 83  |  ulm-editions@ens.fr