Lien vers l'ENS
Lien vers PSL
Accueil
Accueil du site

Melville. Le désert et l'empire

Melville. Le désert et l'empire Melville. Le désert et l'empire
Agrandir
Philippe JAWORSKI
1986
Format : 14,5 x 21 cm |   Nb pages : 368
ISBN-2-7288-0122-3
19.20 €
Version imprimée épuisée

Collection « Offshore »

- - - - - - - - - -

Résumé

Le 31 décembre 1840, un homme s’embarque à New Bedford, à bord du trois mâts baleinier l’Acushnet, pour les Galapagos, via le Cap Horn. Herman Melville a vingt et un ans. À son retour, en l’espace de sept ans de somptueuse créativité, entre 1848 et 1855, il écrit une série de fictions qui font de lui le plus grand romancier américain. Mardi, Redburn, White Jacket, Moby Dick, les contes, Pierre enfin, ce sont ces textes que Jaworski patiemment scrute dans cet archipel de six essais, comme en cyclades autour d’une île centrale – le dos de la monstrueuse baleine affleurant des profondeurs.
Partant du geste inaugural de la fuite, on y suit le cheminement, « l’itinérance » d’une écriture. Le glossateur ici parle à mi-voix depuis cet « entre-deux » où l’on se tient « en lisant en écrivant », s’effaçant pour laisser le texte lui-même, rhapsodie de cantos et encyclopédie vagabonde, se déployer dans l’espace dispersé de la lecture, d’autant plus intimement proche que son commentaire est lesté de tout un invisible ballast : Kafka, Blanchot, Bataille, Jabès, Bakhtine, J.-J. Mayoux, J.-P. Richard, Derrida, Deleuze, ceux qui ont construit le lieu d’où on lit, aujourd’hui, « Melville ».
L’Empire, c’est le territoire clos, quadrillé, tenu dans la souveraineté d’un moi royal. Le Désert, par delà le seuil toujours fuyant, l’errance en pure perte du nomade, qui seul à la fin survit « pour raconter l’histoire ». Achab et Ismaël : deux registres de la conscience qui entretiennent une relation dialogique. Mais Achab n’existe que par le « récit » qu’Ismaël fait de son effondrement : tel est le paradoxe au cœur de ce jeu de traces qu’on appelle « écrire », où le dernier mot, The End, revient sans cesse au départ.

- - - - - - - - - -

Sommaire

Herman Melville (1819-1891)
Les deux livres

Le livre des masques (Mardi )

L’écriture et les masques. Départs : systèmes et quête - Variations sur la rupture - Du voyage - Le livre des masques - L’étrangeté du gris - Sur l’eau - Interlude : l’épisode du Parki - De l’amour - La narration contre le texte : la rhétorique de l’Amour et l’Érotique des figures - Images de l’Enchantée - Le secret du texte - I am Taji - Histoire d’un Œil
Le discours en archipel : L’ordre de dispersion - Le Monde en Archipel (1) : Révolutions - De la connaissance (1) : Babbalanja - De la connaissance (2) : l’écriture, les avatars du Temps et les révolutions de l’Imaginaire - Exil : l’écriture orpheline - Autoparodie d’un masque - L’écriture : présence et absence - Les deux personnes du singulier - Le Monde en Archipel (2) : Le Mystère de la Vérité centrale - La chaîne et l’Érotique des enchaînements - Autres révolutions : un bateau ivre - Le Monde en Archipel (3) : jeux de doubles - Le philosophe hanté - Le voyageur - Terre promise ? - Le chasseur

L’expérience et ses doubles (Redburn )

Nouveaux départs : naissance du désir - Le secret du livre - L’artiste de la faim - Chromatisme de l’apprentissage : le vert de la candeur - Au sommet du mât : quatre âges de l’expérience - Sam Patch : le Yankee rapiécé - Bigarrures de l’étrange - De l’amoindrissement du réel - Patchwork de l’expérience (1) : la dissemblance des lieux - Le rouge, le vert et le blanc - Patchwork de l’expérience (2) : le parfum des roses et les miasmes de la peste - Conquête de la lecture - La question de l’apprentissage - >L’apprentissage de la Question - L’échange, le double, la doublure - Aperçus : vers l’écriture - Migrations des figures de la répétition - Le personnage et son double : les noces du rêve et de la mémoire - L’expérience esthétique : le chant de l’orgue et son double - La fin, pour recommencer

Entre surface et profondeur
(La Vareuse blanche)

Approches du système - Fonctionnement du système : l’organisation - Logique du système : le Haut et le Bas - Politique de la Quête - L’idéal cosmopolite - Le Principe de Fraternité - La vareuse : mort d’un personnage, naissance du sujet - Morale de la Quête - La lecture et l’exigence morale

L’encre et la blancheur (Moby Dick)

Les recommencements de l’écriture : l’apprentissage de la lecture ; l’écriture nomade ; les surgissements ; de la métaphore
L’autre chasse - Taxinomie - Des représentations monstrueuses - Anatomie - Physiologie - D’une nouvelle pédagogie - Pseudologies - Mystérification - Célébration de la queue - Les derniers prodiges
Le dernier interprète - Versions d’Achab - Discours de l’interprétation
L’après-désastre

Visage de l’autre : le proche et le lointain (Contes et nouvelles)

Images de la ville - Les lois de l’hospitalité (1) : esquisse topographique - L’esprit des lieux - L’Être et la valeur : les lieux de l’Être - Les lois de l’hospitalité (2) - Éclats - Le Proche et le Lointain (1) : esquisse analytique - Feu d’enfer - Le Proche et le Lointain (2) : l’éloignement de l’Autre - Le Désert et l’Empire - Le Proche et le Lointain (3) : approche du visage

Le pur et l’impur (Pierre ou les Ambiguïtés)

L’arrachement : le Nom - Le Pur : dans l’envoûtement du vert - Physique de la Quête  ;- Mystère de la Quête (1) : l’Ombre et la Question - L’enfance - Mystère de la Quête (2) : l’Ombre dissoute et reconstituée - Les labyrinthes - Mystère de la Quête : l’expérience des limites - De la Vérité à l’Œuvre

 

 
45 rue d'Ulm  |  75005 Paris  |  tél. 01 44 32 36 80 ou 83  |  ulm-editions@ens.fr