Lien vers l'ENS
Lien vers PSL
Accueil
Accueil du site

Aztlán : terre volée, terre promise
Les pérégrinations du peuple chicano

Aztlán : terre volée, terre promise Aztlán : terre volée, terre promise
Agrandir
Yves-Charles GRANJEAT
1989
Format : 14,5 x 21 cm |   Nb pages : 192

Collection « Offshore »

- - - - - - - - - -

Résumé

Dans le sillage des Noirs-Américains, les Mexicains-Américains, en 1965, se rebellent contre la société dominante ; ils revendiquent le droit à la différence culturelle et linguistique, et dressent contre le capitalisme américain un réquisitoire sans appel. C’est la naissance du Chicana – terme aux connotations multiples, où s’exprime une volonté de revalorisation culturelle, de conscience historique, de militantisme politique et de solidarité collective.
L’effort d’auto-définition se joue sur le mode nationaliste ; le mouvement chicano doit rallier au sein d’une idéologie unitaire les tendances hétéroclites qui le composent. Comme en son temps le peuple américain, mais contre lui, le peuple chicano se constitue au fil des mots : « Nous sommes une Nation de Peuples Libres... Nous sommes Aztlán ».
On charge l’historien de produire la genèse du peuple. Mais le récit historique est celui d’une défaite, d’une dépossession, puis d’une longue séquence de déchirures d’où on ne tire, en fait de peuple, que les lambeaux laissés par la lutte des classes. Alors l’artiste s’engage à produire le peuple rassemblé au sein d’une symbolique néo-indigéniste dont le cœur est Aztlán, lieu mythique d’origine des Aztèques, devenu nation utopique des Chicanos. Mais cette intégration n’est possible qu’au prix d’ambiguïtés qui la menacent.
Cet essai voudrait, autour de quelques jalons textuels, décrire comment la volonté nationaliste des Chicanos anime ce passage de l’histoire au rêve, et de l’idéologie politique à une esthétique du paradoxe, de la différence et de l’indéterminé où les Chicanos découvrent que la seule patrie possible, c'est l’exil.

- - - - - - - - - -

Sommaire

Naissance, évanescence. Nationalisme - Objectif et méthode - Logos et praxis - Histoire, historiographie - Contradiction - Histoire d’un mythe - Nation, fiction - Identité et écriture

Miroirs du Je. Le cri, l’écrit - Cri, clameur, cortège – Rupture - Le poids des stéréotypes - L’envers et l’endroit - Le pelado - Cow-boys et greasers - Le Frito Bandido

Modèles, méthodes. L’efficacité symbolique : ordre et discipline - La science-fiction sociale - La thèse du handicap culturel - Les images font école - La familia - El macho

Dépossession. Histoire, histoires - Retour au texte - Grandeur et décadence des californios - Un socialisme agraire - Tripotages et combines - L’or et le sel - Élan, lézardes

Frontières. Richesses - Les problèmes du Mexique - Immigrants chéris - Dedans, dehors - Le trésor des clandestins - La migra - Le système d’exploitation coloniale - Strates, fossés

Rebelles et prophètes. Los bandidos - Justiciers patriotes - Résistants et collabos - Califomios et cholos - Luttes foncières - Alliances - La bataille de Tierra Amarilla - Nation, indiens, messie - Luttes ouvrières - Ethnicité et lutte des classes - Intellectuels et campesinos : naissance d’une nation

L’indien est le métis. Alliés, ennemis et exclus - Plus au nord - Indiens mal aimés - Tentatives assimilationistes - Le pachuco : violences dans les barrios - Écoliers en grève - Une nation idéale - L’étudiant : militant et médiateur

El campesino : les masques d’Aztlán. Idéologie : l’enclave et le pont - Esthétique : la figure et les masques - Les actos - Le rôle intégrateur des actos - Les mitos - Le retour à la terre - Le bal des géants - Dieu, la vierge et quetzalcoàtl - La mort vivant - La lutte et l’utopie - Quel indigénisme, pour qui ? - Indigénisme, assimilationisme

Alurista : les mots d’Aztlán. Poésie et politique - In Lack’ech et Hunab-ku : l’intégration indigéniste - Poésie et chamanisme - La guerre des esprits - Le pouvoir du poète - Images et affects : produire la communauté - Antithèse - La hache et le cri - Le ventre, la terre, la mort amie - Médiation et polysémie - Les mots nomades

L’île et l’éxil. Je, tu, il... - Présence, absence - Métamorphoses et métaphores - La maison sur l’horizon

Bibliographie

 

 
45 rue d'Ulm  |  75005 Paris  |  tél. 01 44 32 36 80 ou 83  |  ulm-editions@ens.fr