Lien vers l'ENS
Lien vers PSL
Accueil
Accueil du site

Voyage en Écosse
Journal et poèmes

Voyage en Écosse Voyage en Écosse
Agrandir
Dorothy WORDSWORTH
William WORDSWORTH
2002
Format : 13,5 x 19 cm |   Nb pages : 384
Collection « Versions françaises »

- - - - - - - - - -

Résumé

Récit de voyage écrit sous forme de journal par Dorothy Wordsworth, les Souvenirs d’un voyage en Écosse, en l’an 1803 offrent une image vivante de ce pays au moment où il commençait à s’ouvrir aux « étrangers », aux touristes anglais notamment.

Découverte de nouveaux paysages, confrontation avec l’altérité, le périple de 1803 stimula également la créativité de William Wordsworth. Les poèmes qu’il composa alors se trouvent enchâssés dans le texte de Dorothy ; ils s’en détachèrent bientôt pour former le noyau du recueil publié par la suite : En mémoire d’un voyage en Écosse, 1803.

En réunissant les textes de Dorothy et de William Wordsworth, on a souhaité donner au lecteur la possibilité de confronter deux évocations, interdépendantes certes, mais possédant chacune sa propre tonalité.

Édition et traduction de Florence Gaillet

- - - - - - - - - -

On en parle

Bulletin de l’association franco-irlandaise n° 38 - mars 2003

- - - - - - - - - -

Les auteurs et la traductrice

Muse de son frère, dont elle fut l’amie proche et fidèle tout au long de sa vie, Dorothy WORDSWORTH (1771-1855) est l’auteur de journaux qui furent publiés à titre posthume. Consignant les événements divers de sa vie quotidienne ou de ses voyages, ces textes révèlent un sens de l’observation, des talents descriptifs et une sensibilité remarquables.

Poète majeur de la période romantique, William WORDSWORTH (1770-1850) présenta son art poétique dans la préface des Ballades lyriques (2e éd., 1800) recueil écrit en collaboration avec S. T. Coleridge. Il y prône l’évocation, dans un langage simple, épuré de toute diction poétique, d’« incidents et de situations tirés de la vie ordinaire », que l’art et l’imagination de l’auteur transfigurent pour leur conférer un caractère visionnaire. Dans Le Prélude (1850), il insistera aussi sur le rôle de la nature dans sa formation de poète.

Florence GAILLET est ancienne élève de l’École normale supérieure et agrégée d’anglais. Elle prépare actuellement une thèse consacrée à la marche dans l’œuvre de William Wordsworth

- - - - - - - - - -

Sommaire

Souvenirs d’un voyage en Écosse en l’an 1803

1re partie : Journées 1 à 11

2e partie : Journées 12 à 22

3e partie : Journées 23 à 42

En mémoire d’un voyage en Écosse, 1803

Départ du val de Grasmere. Août 1803
Sur la tombe de Burns, 1803. Sept ans après sa mort
Pensées suggérées le jour suivant, sur les berges de la Nith, près de la résidence du poète
Aux Fils de Burns, après être allé sur la tombe de leur père
Ellen Irvin, ou les Pentes du Kirtle
Apostrophe au château de Kilchurn, sur le Loch Awe
Le Petit Aveugle des Highlands. Une histoire contée au coin du feu, une fois revenu dans le val de Grasmere


L’enchevêtrement des voix dans les Souvenirs d’un voyage en Écosse en l’an 1803, par Florence GAILLET

Bibliographie
 
45 rue d'Ulm  |  75005 Paris  |  tél. 01 44 32 36 80 ou 83  |  ulm-editions@ens.fr