Lien vers l'ENS
Lien vers PSL
Accueil
Accueil du site

Des femmes en Amérique

Des femmes en Amérique Des femmes en Amérique
Agrandir
Margaret FULLER
2011
Format : 13,5 x 19 cm |   Nb pages : 116

Collection « Versions françaises »

- - - - - - - - - -

Résumé

Texte fondateur du féminisme américain, cet essai de 1843 est exemplaire du rejet transcendantaliste de toutes les formes d’oppression (notamment celle des noirs), de tradition, de convention, d’institution (telle que le mariage) et de limite à l’accomplissement de chacun. Brouillant les frontières de genre, Fuller insiste sur la nécessité de repenser profondément la structuration traditionnelle de l’organisation sociale en « deux sphères », pour que les femmes puissent réaliser leur propre nature. Elle est animée de l’espoir que les hommes seraient à leur tour libérés et élevés par la libération des femmes. Mêlant idéalisme et activisme, ce texte montre avec force comment la quête d’une identité personnelle et l’urgence de la vie peuvent s’épanouir en une revendication à caractère universel.

Édition de François Specq

- - - - - - - - - -

On en parle

Revue française d’études américaines n° 130 - avril 2011

- - - - - - - - - -

L’auteur et le traducteur

Margaret FULLER (1810-1850) est l’une des figures intellectuelles majeures des États-Unis du XIXe siècle. Membre du mouvement transcendantaliste, elle côtoya notamment Emerson et prit la direction de la revue d’avant-garde The Dial.
À partir de 1844 elle fut chroniqueuse et critique littéraire au New York Tribune : elle y défendit vigoureusement la littérature novatrice de son temps (Poe, Hawthorne, Melville, F. Douglass…) et explora des questions sociales telles que la condition des femmes détenues et des aliénés, tout en se sentant en sympathie avec la cause anti-esclavagiste.
Enfin, elle fut une observatrice étroitement mêlée à la Révolution italienne de 1848, dont elle couvrait les événements pour ce journal, devenant ainsi l’un des premiers correspondants de guerre américains.
Sa disparition tragique, avec son époux et leur tout jeune fils, dans un naufrage au large de New York, a ajouté à sa légende. Par l’ampleur de son engagement littéraire, féministe et politique, Margaret Fuller demeure fondamentalement moderne.

François SPECQ est professeur à l’École normale supérieure de Lyon. Spécialiste de la littérature américaine du XIXe siècle et du mouvement transcendantaliste, il a notamment publié dans la même collection Les Forêts du Maine de Henry D. Thoreau et De l’esclavage en Amérique, ouvrage rassemblant deux textes de Thoreau et Frederick Douglass.

- - - - - - - - - -

Sommaire

Note du traducteur

« Que les femmes soient capitaine de navire, si vous voulez ! » Radicalité féministe et culture de soi chez Margaret Fuller, par François SPECQ

Théâtre des voix et rhétorique transcendantaliste

Droits de femmes et mystique émancipatrice

Margaret Fuller et l’éthique de la
self-reliance

Harmonie des sexes et dualité de genre

Margaret Fuller et les origines du féminisme anglo-saxon

Conclusion


Chronologie
Bibliographie

- - - - - - - - -

Découvrir la conférence associée sur « Savoirs en multimédia »

((( ))) Rencontre autour des livres à l’ENS
 

 
45 rue d'Ulm  |  75005 Paris  |  tél. 01 44 32 36 80 ou 83  |  ulm-editions@ens.fr