Lien vers l'ENS
Lien vers PSL
Accueil
Accueil du site

Libéralisation, innovation et croissance
Faut-il vraiment les associer ?

Libéralisation, innovation et croissance Libéralisation, innovation et croissance
Agrandir
Bruno AMABLE
Ivan LEDEZMA
2015
Format : 14 x 18 cm |   Nb pages : 122
Collection du CEPREMAP n° 37

- - - - - - - - - -

Résumé

Depuis les années 1990, les politiques de soutien à l’innovation suscitent un intérêt toujours croissant. Des travaux influents ont étudié le rôle que pourrait jouer la libéralisation des marchés de biens et services dans les incitations à innover. Ils reposent sur des études empiriques qui tentent de mettre en évidence un lien négatif entre niveau de réglementation et productivité. Leur message est relativement simple : la libéralisation, qui favorise les nouveaux entrants, conduirait les firmes à innover pour échapper à la concurrence dans un contexte de stagnation économique.
S’appuyant principalement sur des données sectorielle pour les pays de l’OCDE, B. Amable et I. Ledezma montrent que cette conclusion selon laquelle un haut niveau de réglementation serait nuisible à l’innovation ou à la croissance peut être renversée en fonction des spécifications empiriques adoptées : périmètre sectoriel de l’échantillon, spécification des équations estimées, etc.
Il ressort notamment de leur étude que la réglementation sur les marchés de biens et services n’apparaît nullement comme un obstacle à l’innovation dans l’industrie manufacturière. Il faut donc mettre en place des politiques spécifiques dédiées à la promotion de l’innovation, qui vont bien au-delà de la fourniture d’un cadre concurrentiel adéquat aux entreprises.

- - - - - - - - - -

Les auteurs

Bruno AMABLE est professeur de sciences économiques à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne et membre de l’Institut universitaire de France. Ses travaux portent sur l’économie politique comparée des modèles de capitalisme et sur le changement institutionnel. Il est l’auteur des Cinq capitalismes (Le Seuil, 2005), de L’Économie politique n’est pas une science morale (avec S. Palombarini, Raisons d’Agir, 2005) et, dans la collection du Cepremap (n° 26), de L’Économie politique du néolibéralisme. Le cas de la France et de l’Italie (avec E. Guillaud et S. Palombarini (Rue d’Ulm, 2012).

Ivan LEDEZMA est professeur de sciences économiques à l’Université de Bourgogne. Ses travaux de recherche portent sur le commerce international, le changement technique et l'économie industrielle.

- - - - - - - - - -

Sommaire

Introduction

1. Concurrence et efficacité : un tour d’horizon
Des notions multiformes qui s’emparent des cadres théoriques - Innovation schumpétérienne - Rôle de l’action publique

2. De la concurrence à la libéralisation des services
Recommandations de politique économique - Glissement du débat vers la libéralisation des services et l’approche empirique macrosectorielle - Que montrent les indicateurs de réglementation ? - Libéralisation et efficacité : hypothèses et tests dans la littérature - Études sectorielles

3. Tests empiriques sur données macrosectorielles
Données - Résultats - Quelques éléments pour expliquer les divergences - La libéralisation a-t-elle réduit les rentes des secteurs en amont ?

Conclusion

Annexe
Figures supplémentaires concernant les indicateurs de réglementation - Calcul de la productivité multifactorielle - Complément des tests sur les instruments

Bibliographie

- - - - - - - - -

Découvrir la conférence associée

((( ))) Conférence de presse du Cepremap

 

 
45 rue d'Ulm  |  75005 Paris  |  tél. 01 44 32 36 80 ou 83  |  ulm-editions@ens.fr