Lien vers l'ENS
Lien vers PSL
Accueil
Accueil du site

Stoïcisme et christianisme à la Renaissance

Stoïcisme et christianisme à la Renaissance Stoïcisme et christianisme à la Renaissance
Agrandir
collectif
2006
Format : 16 x 24 cm |   Nb pages : 254
ISBN-2-7288-0354-4
24.40 €
Version imprimée épuisée

Cahier V.L. Saulnier n° 23

- - - - - - - - - -

Résumé

Le christianisme a entretenu depuis l’origine des rapports étroits et ambivalents avec les sagesses païennes. La relecture des philosophes de l’Antiquité n’a certes pas commencé avec la Renaissance, mais elle a pris alors un tour nouveau, grâce aux progrès de la philologie et aux possibilités offertes par la diffusion imprimée. 
Le stoïcisme, en particulier, cristallise au XVIe siècle à la fois la critique et l’éloge, l’incompréhension et la connivence, la fascination et le rejet. Faut-il se scandaliser de l’orgueil du sage, incompatible avec l’humilité chrétienne ? S’inquiéter de la justification du suicide ? Faut-il au contraire exalter la vertu des stoïciens, leur mépris de la mort, leur confiance en la Providence ? Entre stoïcisme et antistoïcisme chrétiens, toutes les positions théoriques semblent alors possibles. En réunissant une documentation d’une ampleur sans précédent, en faisant émerger les questions cruciales et en isolant les pierres de discorde, la Renaissance prépare les débats qui, du classicisme aux Lumières, opposeront la foi et la raison. 
Ce volume ouvre des pistes de réflexion nouvelles en évoquant d’une part les auteurs incontournables du néostoïcisme chrétien (L’Hospital, Pibrac, Du Vair, Lipse) et d’autre part des auteurs plus célèbres mais dont les prises de position par rapport à ce mouvement d’idées sont peu connues (Pétrarque, Budé, Rabelais, Montaigne, Casaubon, d’Aubigné, d’Urfé). L’enquête ici menée replace la question du stoïcisme chrétien dans la longue durée, de la fin du Moyen Age au début du XVIIe siècle, en explorant à la fois la littérature de langue française et la littérature néolatine. 

- - - - - - - - - -

Sommaire

Avant-propos, par Alexandre TARRÊTE

Deux chrétiens face au stoïcisme, Montaigne et d’Aubigné, par Frank LESTRINGANT

Stoïcisme et christianisme dans les lettres de consolation de Pétrarque, par Laure HERMAND-SCHEBAT

Éthos stoïque et morale stoïcienne : stoïcisme et rhétorique évangélique de la consolation dans le De contemptu rerum fortuitarum de Guillaume Budé, par Jean LECOINTE

Liberté chrétienne et liberté stoïcienne : l’abbaye de Thélème, par Ullrich LANGER

L’Hospital, Pibrac et Montaigne : trois magistrats-écrivains face au néostoïcisme chrétien, par Loris PETRIS

Le stoïcisme chrétien de Guillaume Du Vair (1556-1621), par Alexandre TARRÊTE

Les épreuves du huguenot et la vulgarisation du stoïcisme : Simon Goulart, Jean de L’Espine et Sénèque,
par Amy GRAVES

Simon Goulart et Sénèque, ou comment butiner ?, par Jacqueline LAGREE

Le stoïcisme au quotidien : le Journal de Casaubon
, par Olivier MILLET

Clément d’Alexandrie dans la philosophie néostoïcienne de Juste Lipse, par Jan PAPY

Stoïcisme et christianisme dans les Epistres morales d’Honoré d’Urfé, par Bruno MENIEL

Conclusion, par Alexandre TARRÊTE

En hommage à Michel Simonin, par Frank LESTRINGANT, Mireille HUCHON, André GENDRE, Rosanna GORRIS CAMOS, Richard COOPER, Pierre AQUILON, Marie-Luce DEMONET

Orientations bibliographiques

Index des noms propres
 
45 rue d'Ulm  |  75005 Paris  |  tél. 01 44 32 36 80 ou 83  |  ulm-editions@ens.fr