Lien vers l'ENS
Lien vers PSL
Accueil
Accueil du site

Sur l'origine de l'activité artistique

Sur l'origine de l'activité artistique Sur l'origine de l'activité artistique
Agrandir
Konrad FIEDLER
2017
Format : 14 x 18 cm |   Nb pages : 172
Collection « Versions françaises »

- - - - - - - - - -

Résumé

Traduit pour la première fois intégralement en français, l’essai Sur l’origine de l’activité artistique, paru en 1887, est un texte décisif pour la pensée des arts. Fiedler récuse le point de vue d’une esthétique qui joue le rôle de caisse de résonance d’un bon goût très codé socialement. Selon lui, l’esthétique a voulu lier le destin de l’art à celui de la beauté, ne s’occupe que des effets des œuvres sur les individus et ne s’atèle jamais à définir la nature et l’essence de la production artistique. Fiedler s’applique donc à recentrer la réflexion sur l’activité de l’artiste comme constitution d’une réalité : l’art, loin d’imiter la nature ou de représenter l’idéal, construit des formes d’être qui deviennent visibles et consistantes par l’action de l’œil et de la main de l’artiste. Cette critique aiguë du romantisme et du réalisme est une manière de clore le XIXe siècle et d’ouvrir la voie aux avant-gardes. La pensée de Fiedler invente une théorie de la connaissance sensible qui répond aux préoccupations des artistes d’aujourd’hui.

Traduction, annotation et postface de Danièle Cohn

Nouvelle édition revue et corrigée

- - - - - - - - - -

L’auteur et l’éditrice

Né en 1841 dans une petite ville de Saxe, Konrad FIEDLER hérite très jeune de la fortune de son père. Disposant d’une réelle aisance matérielle, il parcourt l’Europe jusqu’au Moyen-Orient. Ses rencontres avec les artistes sont décisives, en particulier l’amitié qu’il noue avec le peintre Hans von Marées et le sculpteur Adolf von Hildebrand dont il devient le mécène. Le compagnonnage avec les créateurs, la fréquentation de leurs ateliers marque l’approche fiedlérienne de l’activité artistique. Les lectures, l’étude lente, patiente d’ouvrages d’histoire de l’art, de philosophie et de psychologie nourrissent une démarche personnelle, hors des circuits institutionnels. Fiedler prend la plume librement pour participer aux débats de son temps, privilégiant la correspondance, les échanges intellectuels sur le vif, les comptes rendus d’expositions, les premières à Bayreuth, les articles de presse. Sa mort brutale interrompt en 1895 une œuvre en plein essor. 

Philosophe, Danièle COHN est titulaire de la chaire d’esthétique à l’université Paris 1. Elle a notamment publié La Lyre d’Orphée. Goethe et l’esthétique (Flammarion, 1999), Anselm Kiefer. Ateliers (Éditions du Regard, 2012) et L’Artiste, le vrai et le juste. Sur l’esthétique des Lumières (Rue d’Ulm, 2014). Elle a édité en français les Écrits d’esthétique de W. Dilthey, Hercule à la croisée des chemins d’E. Panofsky et les Aphorismes de K. Fiedler. Elle dirige la collection « Æsthetica » aux éditions Rue d’Ulm et a été commissaire de l’exposition « De l’Allemagne. De Friedrich à Beckmann 1800-1939 » au Louvre en 2013.

- - - - - - - - - -

Sommaire

Sur l’origine de l’activité artistique

Notes des traducteurs

L’artiste, le réel et les formes. Konrad Fiedler et le projet d’une esthétique de la création, par Danièle COHN
Contre l’esthétique
L’historicisme et la fin de l’art
L’artiste plus que l’œuvre
L’évangile du nouveau
L’échec du réalisme
La production de la réalité
Idéalisme ou morphologie
L’expression de la forme
La part du sujet / la part de l’objet


Lexique

Éléments biographiques

Bibliographie

 

 
45 rue d'Ulm  |  75005 Paris  |  tél. 01 44 32 36 80 ou 83  |  ulm-editions@ens.fr